Pensées singulières

Earl Nightingale dans son ouvrage "Le plus étrange des secrets" nous livre avec simplicité et habileté que nous réalisons ce à quoi nous pensons et plus encore, je cite: "Nous devenons ce à quoi nous pensons."

En effet, l'objet de nos pensées se fraye des chemins de connexions neurologiques diverses toutes dirigées vers cet objet. Que celui-ci soit à notre avantage ou que celui-ci nous cause préjudice, cela ne fait aucune différence. Nos vies se construisent à l'image de nos pensées. Et nos pensées se tournent inexorablement vers nos intentions.

Dans son ouvrage sur les personnes communément appelées surdouées mais qu'elle appelle avec subtilité "les zèbres" en référence à leur processus différent et insaisissable de penser, Jeanne Siaud-Facchin, dresse l'état d'une pensée libre, intuitive, créative et globale qui, je cite: "ne peut se construire si le sens n'est pas exactement défini."

En extrait de "L'enfant surdoué" de Jeanne Siaud-Facchin au sujet de tout un chacun: "Nous avons tous l'illusion que l'autre pense comme nous. Cette illusion crée dans notre vie quotidienne de nombreuses incompréhensions dans nos relations avec les autres."

C'est sur cette base de raisonnement que nous induisons du particulier au général, en nous permettant toutes les interprétations possibles sur le comportement des autres. Or, tous avons tous des sujets et des organisations de pensées différents en ce sens où notre cerveau procède par associations et ce, en fonction de nos intentions.

Avez-vous déjà capté l'objet de vos pensées? Ce à quoi vous pensez le plus souvent vous rendra libre de penser et d'exceller dans ce qui vous touche, dès que cet objet de pensée sera accueilli dans cet état du don de soi, si justement décrit par Philippe Guillemant dans son ouvrage "La Route du temps".