Gérer le stress

Notre société actuelle expérimente les limites gérables du stress. Les performances côtoient les points de rupture. A chaque étape supplémentaire vers le stress, le mental se force de correspondre aux objectifs de performance qu'il s'est lui-même créé, en accord avec ceux que la société l'encourage à établir. Aux points de rupture, les valeurs mentales qui lui servaient de points de repères semblent ne plus être en totale adéquation avec les valeurs organiques, spirituelles, sentimentales, physiques. Une déconnection s'installe progressivement. 

C'est l'état de stress qui procure au système nerveux sympathique le pouvoir de nous faire réagir rapidement face à la menace. Dans ce système, nous reproduisons des comportements déjà acquis. Nous agissons de façon automatique sur base de situations vécues mémorisées.

Plus le stress est grand, plus les réactions automatiques s'enchainent les unes aux autres. Nos attitudes deviennent incohérentes avec nos valeurs et l'être que nous sommes. 

Il existe de nombreuses techniques de gestion du stress. 

L'une d'elles consiste à réduire le stress par une organisation quotidienne préventive, notamment grâce à diverses techniques de relaxation.

Une autre possibilité consiste à mettre le stress à profit pour prendre conscience de nos automatismes et nous en affranchir véritablement et ce, dans le respect de la dynamique évolutive de notre être. Il suffit pour cela de retrouver la convergence neurologique figée ou de travailler sur l'expansion de la conscience. L'un exerçant une dynamique sur l'autre et inversement. Toutes deux libérant l'être de son cadre de pensée, devenu incohérent  avec l'intelligence du coeur.  

 

N. Hennart