Mort, drogue et sexe

Nombreuses sont les civilisations qui invitent les jeunes à passer par des étapes initiatiques pour atteindre l'âge adulte.

Parmi elles, le rapport à la mort et à la vie s'expérimente de diverses façons. La mort tantôt attire comme une délivrance, tantôt effraye. Elle est un passage d'un état à un autre. Elle se présente telle une porte qui ne se franchit que dans un total lâcher-prise.

Le premier lâcher-prise porte atteinte à la toute puissance mentale. C'est la mort de celui que nous croyions être, la mort de l'Ego. Ce deuil du rôle social et des masques se découvre parfois dans la solitude ou l'exclusion. 

D'autres lâcher-prise s'ensuivent: la sécurité extérieure, les sentiments ...jusqu'au lâcher prise sur ses propres organes, l'étape ultime de la mort. 

A chaque étape de maturité, celui que nous croyions être se meurt pour laisser place à un nouvel être dont la conscience est différente. 

Les drogues facilitent la transition vers les nouvelles perceptions. Percevoir, c'est voir au-delà des apparences. Pas plus que la mort véritable, les drogues ne sont nécessaires pour acquérir de la maturité. Il suffit d'adopter un état d'esprit qui accepte de se percevoir à partir d'un nouveau point de vue. Dans cette continuité, le passé revisité livre ses ombres secrètes et apporte les valeurs sur lesquelles construire le futur. 

Le sexe participe à cette dynamique de changement en ce sens où il relance le flux énergétique interne. Cette énergie réinvente et recrée en abolissant les paradoxes. On crée sur base des différences, antagonismes ou dissonances. On crée pour tendre vers une harmonie, toujours plus en résonance avec l'Etre en soi qui renait à chaque étape de la vie. 

Ces trois voies de traverses: la mort, la drogue et le sexe, dépouillées de tout artifice ne sont rien d'autres que trois visages différents de nos métamorphoses successives. Elles sont nécessaires dans leur essence: lâcher-prise sur le soi que nous croyions être avec les vieilles idées préconçues, s'ouvrir à une nouvelle réalité et réactiver l'énergie de mutation.  

 

"Seule la force de l'amour rend capable de muter" extrait du Cantique des Cantiques, présenté par Annick de Souzenelle dans son ouvrage "Va vers toi.". 

N. Hennart